Conseils-retraite.fr, votre guide de la retraite et des Maisons de retraites...
Guide de la retraite et des maisons de retraite
Menu Articles


Liens VIP
Publicité Google

L’assurance vie, un placement pour la retraite

L’assurance-vie est un placement financier qui rapporte aujourd’hui le plus. Les Français se ruent dessus afin de placer leurs économies et de réaliser des bénéfices un peu plus avantageux que les autres types de livrets proposés par les banques.

Tout au long de votre carrière, vous pouvez déposer mensuellement de l’argent sur votre contrat d’assurance afin de vous concocter une épargne qui sera entièrement disponible pour la retraite. De plus comme son nom l’indique, en cas d’événement malheureux vous concernant, vous pouvez faire bénéficier une personne de vos économies réalisées jusqu’à votre décès.

Il est indispensable au moment de la souscription d’un contrat d’assurance de désigner une personne qui reçoit la totalité du montant au moment du décès. Si vous ne l’avez pas fait, vous devez envoyer une lettre avec votre signature par courrier recommandé à la compagnie d’assurances qui détient votre argent. Le bénéficiaire doit signer également, et si vous décidez plusieurs années après de modifier le nom de celui-ci, vous devez l’en avertir, de manière à ce qu’il n’y ait pas de confusion au moment du décès.

Il existe deux types de contrats : les contrats en euro encore appelés monosupports, et les contrats multisupports qui sont composés d’une partie en euros et d’une autre partie investie en actions. Tout l’argent qui est versé en euros est garanti par l’assureur : il est revalorisé chaque année et ne peut pas avoir une valeur inférieure au cours des ans. Au contraire, les sommes qui sont investies en actions ne sont pas garanties. Si en général, le gain espéré est plus élevé, cela représente également un risque pour le détenteur du contrat d’assurance. Dans les contrats de type multisupports, ce sont les assureurs qui déterminent la répartition entre fonds en euros et fonds en unité de compte.

Dans les contrats multisupports, le détenteur peut choisir la manière dont sera géré son argent. Il peut laisser le choix aux experts de son assurance de choisir les valeurs sur lesquels son argent est investi : c’est la gestion profilée. Mais il peut également choisir lui-même les entreprises dans lesquelles il mettra son argent : c’est la gestion libre. Enfin, la gestion pilotée permet en fonction de l’âge de réduire les risques afin que l’argent investi soit de plus en plus sécurisé.

Lors de la souscription d’une assurance-vie, il existe des frais qui sont exprimés en pourcentage du capital. Les frais d’entrée sont versés une seule fois au moment du premier dépôt, les frais de gestion sont calculés chaque année, les frais d’arbitrage sont demandés en cas de changements de supports dans les contrats multisupports, et enfin les frais de dossier qui sont déposés à l’ouverture. A noter que ces derniers peuvent être négociés voir totalement supprimés.

Si l’assurance-vie est un placement très en vogue auprès des Français, c’est avant tout parce qu’elle bénéficie d’un régime fiscal avantageux. Le capital n’est imposé qu’au moment du retrait de l’argent sur le contrat d’assurance. Si l’argent est retiré pendant les quatre premières années, le taux d’imposition est de 35 % sur les bénéfices, après huit ans, il n’est plus que de 7,5 %, et de plus, un abattement de 4600 € est offert pour les personnes seules, et de 9200 euros pour les couples mariés. Néanmoins, en cas de licenciement, de misère retraite anticipée ou d’invalidité, il y a une exonération de taxes.

Il faut savoir que chaque année, des contrats d’assurance vie ne reviennent pas toujours aux bénéficiaires. Dans la majorité des cas, les gens retirent l’argent de leur contrat d’assurance de leur vivant, et cela ne pose donc aucun problème. En cas de décès, c’est souvent le conjoint qui est bénéficiaire, et là encore, il n’y a aucun souci. Par contre, quand le bénéficiaire est étranger à la famille et est expatrié, l’argent peut ne pas être remis si l’assureur n’arrive pas à retrouver la trace du bénéficiaire. Il convient donc de bien avertir la personne dont vous avez apposé le nom au moment de la souscription de votre contrat d’assurance vie si celle-ci ne fait pas partie de votre famille proche.




Autres articles de la rubrique


Publicité
Conseils Retraite. © Copyright 2009 - 2013 - Tous droits réservés